Forum du club Cyclo Villers

Espace de discussion ouvert à tous les membres et sympathisants
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Galérien du Ventoux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 11:38

Bonjour,

Ainsi donc, vers 21h 20 ce mardi 29 août 2017, je suis devenu « Galérien du Mont-Ventoux ».

Pour ceux qui ignore en quoi cela consiste, je rappelle donc que ce titre est décerné après homologation (en cours dans mon cas au moment où j'écris ces lignes) par le club des « Cinglés du Mont-Ventoux » au cyclo «qui a escaladé à bicyclette quatre fois le Mont Ventoux dans la même journée, par les trois routes principales et par la route forestière, pour une dénivellation de 6020 mètres et une distance de 183 km, sa machine étant mue par sa seule force musculaire».

A l'intention que ceux qui ça intéresse, qu'ils soient du club ou qu'ils soient arrivés sur notre forum par hasard (peut-être en tapant « Galérien du Ventoux » dans Google comme je l'avais fait avant eux pour découvrir d'autres récits), je m'en vais vous narrer comment j'en suis arrivé là.

Bernard

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses


Dernière édition par Bernard le Mar 19 Sep - 9:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 11:39

Genèse

Lorsque, au terme d'une bonne quinzaine d'années de totale abstinence sportive (j'allais avoir 35 ans), j'ai ressorti mon vieux Peugeot « de course » (avec dérailleur 5 vitesses!) à la chaîne complètement rouillée, pas une seconde je ne m'imaginais que 23 ans plus tard je serais occupé à rédiger ces lignes. Il se fait que j'ai alors pris goût au vélo et que depuis je le pratique régulièrement.
Il m'a fallu un certain temps pour me rendre compte que je ne me débrouillais pas trop mal dès que la route a tendance à s'élever, du moins en comparaison avec des cyclos de mon niveau. C'est sans doute de là que je me suis dit « un jour, je m'attaquerai à un grand col ».

Ma première expérience de la montagne remonte à l'année 2000. Je roule alors depuis 6 ans et je découvre les Vosges. Mais il me faut attendre 2003 pour faire connaissance avec la haute montagne. Seul et sans autre expérience ni repère que mes 2 jours passés dans les Vosges 3 ans plus tôt, je m'attaque à quelques mythes : Télégraphe, Galibier, Croix de Fer, Madeleine et Iseran. L'expérience est concluante et me plaît vraiment.


_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses


Dernière édition par Bernard le Sam 9 Sep - 12:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 11:41

Je découvre le Ventoux

Depuis, en fonction de séjours en famille ou avec d'autres membres du club, j'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de renouveler l'expérience, avec chaque fois autant de satisfaction. C'est ainsi qu'en 2006, je découvre pour la première fois le Ventoux.
Je n'oublierai jamais ma première ascension, par Bédoin. Nous sommes début septembre, il ne fait pas trop chaud et il n'y a pas de vent. Des conditions idéales en somme. Je n'avais pas étudié le parcours plus que ça et je n'avais pas relevé cet interminable traversée du bois, une fois sorti de Ste Estève. Et pour être interminable, ce fut interminable. Quelle différence avec les cols alpins ou pyrénéens ! Là au moins quand on se retourne, on voit le chemin parcouru. « Oh ce village là plus bas est déjà bien petit et pourtant j'y étais  il y a à peine 20 minutes ». Ici rien de tout ça. Derrière ? Le bois jusqu'au précédent virage. Devant ? Le même bois jusqu'au virage suivant. Aucun repère. Et puis surtout, pour l'avoir lu et entendu à de nombreuses reprises, j'étais convaincu que c'est seulement après le Chalet Reynard que la difficulté commençait vraiment. Comment allais-je alors m'en sortir puisqu'il y a déjà belle lurette que j'étais sur le plus petit développement ? Arrivé au Chalet Reynard, j'ai heureusement pu constater que cette affirmation -encore entendue par la suite sur les ondes de notre télévision nationale à l'occasion du Tour de France- était complètement erronée. Au regard des 8-10% permanents durant l'interminable traversée du bois, les 6 derniers kilomètres font figure de balade de santé. Tout au plus les 2 derniers km présentent-ils des pourcentages semblables au bois mais la vue du sommet si proche constitue alors le plus efficace des stimulants.
Deux jours plus tard, je découvre la montée par Malaucène qui malgré quelques passages plus pentus m’apparaît sensiblement moins difficile que Bédoin. Les avis à ce propos ne sont pas unanimes mais je constate qu'une majorité partage mon point de vue.
Comme pour Bédoin, je mets un peu moins de 2 heures pour atteindre le sommet (1h 53' si ma mémoire est bonne).

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses


Dernière édition par Bernard le Dim 10 Sep - 17:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 11:42

Ce mec est cinglé

C'est sans aucun doute au hasard de mes pérégrinations sur Internet avant (ou après?) être allé au Ventoux que je découvre l'existence du « Club des Cinglés du Ventoux ». Ce challenge me plaît. Tenter de gravir 3 fois le mont chauve dans la journée, successivement au départ de Bédoin, Malucène et Sault ? Pourquoi pas. Différentes raisons font que je n'ai plus l'occasion de me frotter à la montagne durant plusieurs années. Ce n'est qu'en 2015 que j'y retourne avec effectivement une idée en tête : tenter de réaliser les 3 ascensions dans la journée.
A l'époque, j'ai détaillé ce défi sur ce même forum (http://cyclovillers.megabb.com/t2150-ventoux-apres-les-grosses-tapettes-les-cingles). Je ne vais donc pas y revenir plus longuement.


_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses


Dernière édition par Bernard le Sam 9 Sep - 12:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 11:46

Et pourquoi pas un Galérien ?

Je savais évidemment que le Club des Cinglés du Ventoux proposait deux autres challenges, encore plus relevés : le Galérien et la Bicinglette. Après avoir réussi mon Cinglé, l'idée d'aller au-delà a vite fait son bonhomme de chemin. D'ailleurs Pierre n'avait-il pas ponctué mon récit d'une phrase qui pour moi n'avait rien d'anodine : «La persévérance est une vertu. C'était aussi un quatre-mâts à coque d'acier. Bernard a une coque d'acier. Il a gravi trois mâts en un jour; il nous reste à lui trouver un quatrième à vaincre. Une montée en Vtt par les sentiers du Ventoux??? ». Pierre, étais-tu conscient que c'était presque de la provocation ?
Des deux autres challenges, le Galérien est de loin le plus accessible. Tous comptes faits, ce n'est jamais qu'une ascension en plus que le Cinglé. (un «qu'une ascension» que j'apprendrai à mes dépens à relativiser, mais j'y reviendrai). Mais ce qui me plaît moins, c'est l'obligation d'utiliser un VTT pour la route forestière. Je n'ai aucune expérience en VTT et puis je ne dispose pas d'un VTT digne de ce nom.
La Bicinglette me plairait mieux mais 6 ascensions sur  la journée (Bicinglette = 2 x Cinglé), cela représente plus de 270 km et 8800 m de dénivelé. Autant dire qu'un défi d'une telle ampleur ne peut s'envisager que moyennant une préparation spécifique intense pour laquelle je ne dispose pas du temps nécessaire.
Ces projets sont donc mis de coté...
L'an dernier je retourne au Ventoux. Sans objectif précis. Bien sûr je m'offre 2 ascensions, un jour par Bedoin et un autre jour par Malaucène. Et ça se passe plutôt bien puisque, malgré 10 ans de plus, je mets pratiquement le même  temps qu'en 2006.
Et de temps à autre le projet de tenter un des autres challenges me traverse l'esprit. Non, la Bicinglette, ce n'est pas possible. Mais un Galérien... D'autant que voici 2 hivers qu'il nous est arrivé au club de sortir nos VTT lorsque les routes étaient enneigées. J'ai donc maintenant une solide expérience du Vtt : plusieurs dizaines de km !!! Very Happy

Et puis vient notre séjour club début mai à Malmedy. Je me surprend à être en forme au point qu'en l'absence des meilleurs grimpeurs du club je me retrouve régulièrement en tête au sommet des bosses. J'ignore d'où vient cet état de forme inattendu, sans doute à l'une ou l'autre sorties des semaines précédentes où j'ai tenté tant bien que mal de suivre le rythme des cadors.
C'est là que je prends ma décision: puisque fin août j'ai de nouveau réservé un logement au pied du Ventoux, cette année je tente un Galérien.

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses


Dernière édition par Bernard le Ven 22 Sep - 11:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 11:48

La préparation

Il me reste près de 4 mois pour me préparer. Il n'est donc pas urgent, voire même pas recommandé de déjà commencer une préparation spécifique dès maintenant. Par contre, quelques grandes sorties avec du dénivelé à partir de la mi-juin feraient le plus grand bien. Hélas, la météo, la moisson et les obligations professionnelles ou familiales en ont décidé autrement. A part la Gauloise (effectuée sous la pluie en compagnie de Pierre), je n'ai pas réalisé la moindre randonnée digne de ce nom. Ma préparation s'est donc pratiquement limitée aux sorties club dominicales. Pas vraiment l'idéal même si mon compteur affiche un peu plus de 5.000 km quand je débarque en Provence.

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 11:50

Un VTT flambant neuf

Reste un autre point à résoudre : celui du VTT. Pas question évidemment de tenter cela avec le mien, « juste bon pour aller chercher le pain » comme le dit Mario. Le plus simple est peut-être d'en louer un sur place mais ce serait encore plus confortable de disposer d'un vélo durant mon séjour qui me libère des contraintes de la location (horaires d'ouverture, jour fixé à l'avance...). En en parlant au club, Thierry propose de me prêter le sien. Voilà donc ce point résolu.
Toutefois, depuis qu'il nous est arrivé de rouler une fois ou l'autre en VTT au club, je me demandais si je n'allais quand même pas m'offrir une meilleure bécane que la mienne. Comme l'usage risque bien d'en rester sporadique, pas question évidemment d'y mettre le gros prix : je préfère consacrer l'essentiel de mon budget vélo à la route qui représente plus de 95% de mon activité vélo. Chez Décathlon, j'avais vu des vélos à 5-600 € qui me semblaient déjà corrects, ou du moins sensiblement mieux que le mien. Je pense que pour un usage occasionnel et dans cette fourchette de prix, Décathlon est tout à fait concurrentiel par rapport aux grandes marques. Mais bon, je ne me décide pas.
Mais voilà-t-il pas qu'à l'occasion du Tour de France mon épouse, friande de concours, remporte chez Carrefour Market un vélo de course B'Twin. Que faire avec ce vélo d'entrée de gamme (valeur : 450 €) sinon tenter de le revendre sur 2ème main ? Puis me vient une autre idée : je téléphone chez Décathlon en leur expliquant que je viens de gagner un vélo de chez eux dont je n'ai pas vraiment l'usage mais que par contre je serais intéressé par un VTT. Très commerçants, ils me répondent « pas de problème, Monsieur, venez avec le vélo que vous avez gagné et on vous en décomptera la valeur à l'achat de votre VTT ». Dans ces conditions, je n'hésite guère. Je me laisse même tenter par un « haut de gamme » (chez Décathlon, c'est évidemment relatif) car le supplément à payer au-delà du vélo gagné reste dans mon budget initial.
C'est un mono plateau (il paraît que c'est la nouvelle tendance) avec un 30 dents à l'avant et, à l'arrière, une cassette 11 vitesses 10/42. Je me dit qu'avec 30 à l'avant et 42 à l'arrière, on doit pouvoir monter sur un toit !
C'est donc avec un vélo qui n'a que quelques kilomètres que je prends la direction du Ventoux le samedi 26 août. Sans oublier bien sûr mon Colnago et le vélo à assistance électrique de mon épouse (lui aussi gagné à un concours mais l'an dernier). Au passage merci à Fred pour le porte-vélo 3 vélos.

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 15:25

La route forestière: la galère

Je ne connais évidemment pas du tout la route forestière si ce n'est au travers des récits que j'ai lu sur Internet. Tout ce que j'en sais c'est qu'elle démarre de la route qui vient de Bedoin, environ 2 km après être entré dans le bois. Elle traverse la forêt de cèdres (la plus grande cèdreraie d'Europe parait-il) et rejoint une bonne dizaine de km plus loin la route montant de Malaucène, un peu après le Mont Serein, à 4,5 km du sommet. Elle fut jadis asphaltée mais sans entretien depuis des années, des lambeaux de tarmac ne subsistent qu'au tout début et à la fin de la route. Dans les parties plus pentues, l'asphalte a été totalement emportée ne laissant que de la caillasse. S'il y a quelques années, il semble qu'il était encore envisageable de tenter de passer avec un vélo de route, c'est à présent devenu exclu : le VTT est obligatoire.
Je tenais absolument à faire au moins une fois cette route avant le jour J, moins pour savoir ce qui m'attendais que pour repérer les lieux et être certain de ne pas me tromper de trajet.
Le lendemain de mon arrivée au « camp de base » de Mollans s/Ouvèze, j'enfourche donc mon Vtt, en route pour Bedoin via Vaux, Malaucène et le petit col de la Madeleine. Deux kilomètres après Ste Estève je vois sans problème sur ma gauche la route à emprunter. A part la barrière abaissée, je ne vois guère de difficulté. Au début. Il subsiste des restes de tarmac et la pente est moins raide que dans le bois. Je vais cependant rapidement déchanter car très vite la route se dégrade et la pente se redresse. Ça devient franchement dur. Et même TRES dur.
J'avais lu quelque part le récit d'un Galérien qui, parlant de la route forestière, disait « je comprends qu'on appelle ça un Galérien ». Je m'étais dis, « oui, bon, je vais en juger par moi même ». Et bien il n'avait pas tort !!! La progression est de plus en plus difficile. Je ne vois strictement personne, si ce n'est des dizaines de mouches qui m'agacent. Il fait de plus en plus chaud et je constate que mon unique bidon de 750 ml pourtant rempli à Bedoin se vide rapidement. Je n'en peux plus. A plusieurs reprises je m'arrête pour laisser refroidir le moteur et éponger mon bandana. Autant j'étais parti relativement confiant pour cette tentative de Galérien, autant maintenant le doute s'installe : ce n'est pas encore dans la poche. Non et si j'y arrive, ce sera en tout cas beaucoup plus dur que prévu tant j'ai sous-estimé cette route forestière.
J'avance tant bien que mal. Il y a longtemps que je suis sur mon 30/42, vous vous rappelez, celui dont je vous disais un peu plus haut qu'avec ça on doit pouvoir monter sur un toit. Et mon compteur ? Ce n'est pas possible, il est bloqué ? Chaque fois que je le regarde, il m'indique la même distance, ou presque. Il faut dire que j'avance royalement entre 6 et 7 km/h. Pas beaucoup plus vite qu'à pied. A ce compte là, les kilomètres ne défilent pas vraiment. Puis enfin la pente diminue et l'état de la route s'améliore nettement. Les 2-3 derniers km sont roulants et pratiquement plats. Et voici enfin la route. Ouf, il était temps : je suis comme mon bidon : vidé ! Plus qu'à me laisser descendre jusqu'à Malaucène pour y savourer une délicieuse Blanche de Hoegarden (on fait dans le régional).
En fait ce n'est pas bien compliqué : l'ascension par la route forestière est environ 3 km plus longue que par Bedoin ou Malaucène. Or il y a +/- 3 km presque plats. Cela veut donc dire que les 7-8 km restant présentent une pente équivalente aux ascensions par la route à la différence près que vous êtes en vtt dans la caillasse. Oui, c'est vraiment la galère et à mes yeux la difficulté est sans commune mesure avec les routes classiques.

Alors que c'était surtout pour être certain de ne pas m'égarer que je tenais à faire la route forestière avant d'entamer le Galérien proprement dit, j'ai constaté que le risque d'erreur était quasi nul (d'autant que j'avais déjà bien repéré le parcours sur Internet). Par contre j'ai pu me rendre compte de ce qui m'attendais et cela m'évite au moins une  désagréable surprise si finalement je me décide à tenter mon Galérien (parce que pour l'instant le moral en a pris un coup).


Mon nouveau vélo prêt à affronter la route forestière. Ne vous fiez pas à l'état de route tel qu'il apparait sur la photo, ce "billard" ne dure pas bien longtemps

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses


Dernière édition par Bernard le Dim 10 Sep - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 16:36

Mardi 26 août : jour J

5h du matin, le réveil sonne. Eh oui, j'ai finalement décidé de tenter le coup. J'ai eu toute la journée de lundi pour me remettre de mon éprouvante escapade dominicale au milieu des cèdres et après avoir consulté la météo, mon choix s'est porté sur le mardi. On annonce chaud, voire même très chaud (37°) mais peu de vent. Il devrait faire plus frais mercredi mais avec nettement plus de vent et un risque de pluie en fin de journée. Et jeudi, c'est orage et pluie au programme.
J'ai tout préparé la veille, y compris les deux vélos qui sont déjà sur le porte-vélo. L'objectif est de démarrer à 6h.
Malgré qu'elle n'aime pas du tout conduire en montagne, mon épouse a accepté de m'accompagner durant tout ce défi. Je l'en remercie car cela facilite grandement la logistique. Cela me permet en particulier de changer de vélo à l'entrée et à la sortie de la route forestière, de ne pas avoir à me préoccuper du ravitaillement tant liquide que solide (je vais boire environ 6 litres d'eau) et tant qu'à faire m'éviter de coltiner mon casque et ma veste longues manches durant les ascensions.
Le temps de déjeuner et nous voilà en route pour Bedoin mais il est pratiquement 6h20 lorsque je suis prêt à démarrer. Ne pas oublier de déclencher l'application Strava sur mon smartphone. Je croise les doigts pour que la batterie externe que m'a prêtée Jeff fasse en sorte que je puisse enregistrer toute la sortie : je tiens à en conserver le souvenir. Et puis aussi la photo : à défaut de cachet sur la carte de pointage, le club des cinglés du Ventoux admet en effet le contrôle photo.
Il fait encore bien sombre mais c'était prévu: j'ai de l'éclairage à l'avant comme à l'arrière

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 17:15

n° 1 : Bedoin

J'ai décidé de débuter par Bedoin. J'aurais pu commencer par la route forestière mais j'avais peur d'être alors « cassé » dès le départ. L'ascension se passe sans encombre. Evidemment, à cette heure matinale je ne vois aucun cycliste (et aussi très peu de voitures). Finalement, ce n'est pas plus mal : ça  évite de tenter de rattraper celui qu'on voit la devant et qu'on sent à sa portée ou de faire un effort pour que celui qui fait mine de vouloir vous rattraper ne revienne sur vous. Donc on monte vraiment à son rythme.Ce n'est que presque arrivé au sommet que je croise 3 ou 4 vélos déjà occupés à descendre. J'ignore s'ils étaient avant moi ou s'ils venaient de Maleucène et ça n'a d'ailleurs aucune importance.
J'atteins pour la première fois le sommet vers 8h30. A cette heure là, on ne fait pas la file devant la plaque pour prendre la photos. A part mon épouse, il n'y a personne.
Je crois (erronément) que, sans trop forcer (je pense à la caisse d'orange de Papy) j'ai mis un peu moins de 2 h. A l'analyse ultérieure des temps de passage, il s’avérera que mon estimation était trop optimiste d'une dizaine de minutes mais en attendant c'est excellent pour le moral puisque je me dis que tout compte fait je suis quand même en forme.
Après m'être couvert, je rebrousse chemin. Il me faut pratiquement arriver au Chalet Reynard pour croiser les premiers cyclos. Par contre, une fois dans le bois, c'est par dizaines que j'en vois à l'assaut du sommet. Ma descente se passe bien. Un moment, je vois une camionnette qui tente de dépasser quelques cyclos. Le conducteur me voit et se rabat mais voilà-t-il pas que la voiture qui le suivait se met à dépasser !!! Je suis à 60km/h, il reste quelques dizaines de mètres, j'ai beau freiner tant que je peux mais je ne vois qu'une chose: le capot de la voiture. Trop tard. On parlera de moi demain dans le journal, pas dans les pages sportives mais dans les faits divers.
Au tout dernier moment, l'impétueux conducteur a le réflexe de se rabattre. Je suis vivant mais  je n'ai jamais eu aussi peur sur le vélo.
Revenu au point de départ, une bonne tartine de fromage me fera le plus grand bien avant d'entamer la seconde ascension.


Et hop, un petit selfie en guise de contrôle pour l'homologation

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses


Dernière édition par Bernard le Dim 10 Sep - 17:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 21:06

N° 2: la route forestière

Je me lance à présent dans la seconde ascension, la plus difficile : la route forestière. Je démarre sur mon Colnage. Michelle m'attendra à l'entrée de la route forestière pour que je puisse procéder au changement de vélo. Pas de souci particulier jusque là. Changement de monture, changement de chaussure, je bois un grand coup je remplis mon bidon et rendez-vous d'ici +/- 1h 30 à l'autre bout du chemin. « Si je ne suis pas ressorti d'ici 2h, appelle les secours (il n'y a pas de réseau pour utiliser le gsm) ».
Le début se passe beaucoup mieux que 2 jours plus tôt. Alors que je viens déjà de réaliser une ascension, je me sens beaucoup mieux que dimanche au point que je n'utilise pas systématiquement le 42. Le fait d'être passé de 2 kg à un peu plus de 3 au niveau de la pression de gonflage n'est sans doute pas totalement étranger à cette nette amélioration des performances. A mesure que la distance s'allonge, cette euphorie a cependant tendance à s'estomper. Je commence à vouloir changer de vitesse... alors que je suis déjà sur le 42. Mauvais signe. Je commence à espérer qu'après chaque virage je vais enfin découvrir le carrefour au-delà duquel la partie pentue s'estompe assez vite. Mais ce croisement tarde à arriver. Ça devient franchement dur. Moins que dimanche mais quand même. Ah, le voici enfin. Encore quelques minutes d'effort et puis on arrive dans la partie facile.
Au bout d'un moment j'aperçois enfin ma voiture : mon épouse à bien trouvé l'endroit de rendez-vous. Je prends tout mon temps pour changer de vélo avant d'entamer le final de l'ascension sur mon Colnago. Mon Dieu quelle différence ! Mais je vole ?! Et en effet, les derniers 4,5 km me semblent tellement plus faciles que la route forestière. J'avais fait mes petits calculs avant: je savais qu'à ma seconde arrivée au sommet je n'aurai encore parcouru que 37% de la distance mais 54% du dénivelé. Et pratiquement les 2/3 des pourcentages à plus de 8%. Ce n'est pas encore gagné, loin s'en faut, mais on est en bonne voie. Le moral est au beau fixe.

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 21:46

N°3 Malaucène

Descente sans encombre jusque Malaucène où, comme initialement prévu, je vais pouvoir me restaurer. Au menu ; pâtes froides, thon et légumes le tout préparé la veille par mon épouse. Ensuite, une bonne petite sieste et je me sens prêt à repartir. Prêt ? Pas si sûr... Les efforts du matin se font bien ressentir et cette troisième ascension va se révéler bien plus difficile que prévu. Au km 7, je me dis « j'ai déjà fait un tiers, je peux m'offrir 1 minute d'arrêt ». Le hic, c'est que de tels arrêts se sont ensuite multipliés. Parfois quelques instants mais aussi à plusieurs reprises quelques minutes. Suis-je capable d'arriver au sommet ? Et si je faisais demi-tour ? En fait je n'ai plus de jambes et les passages plus pentus me font souffrir. Ce n'est pas tant dans mes ressources physiques que je vais puiser l'énergie pour avancer mais bien dans le psychique.Ce ne sont plus mes jambes qui me font avancer (d'ailleurs je n'en ai plus), c'est ma tête. Je ne peux pas abandonner si près du Graal. Que reste-t-il ? Une dizaine de km pour arriver au sommet et puis ? Depuis Sault, seuls les 6 derniers km méritent d'être retenus, et encore, disons les 2 derniers. Je les ferai à pied s'il le faut mais je dois y arriver.
Heureusement à cette heure (j'ai quitté Malaucène vers 14h 30 et mettrai près de 2h 50 pour rallier le sommet!!!) il n'y pratiquement plus aucun vélo pour assister à mon agonie. Je suis toutefois rattrapé un moment donné par plusieurs cyclos qui gravissent le Ventoux en sandales et en polo, sans la moindre auréole de transpiration. Quand vous suez sang et eau et que chaque tour de roue est un réel effort, se faire dépasser par des vélos à assistance électrique est, comment dirais-je, frustrant ? (le mot est faible).
Et les 4 derniers km qui m'avaient semblés relativement « faciles » ce midi, comment vais-je maintenant les passer ? Et bien finalement, ça va encore. Comme dit plus haut c'est vraiment dans les forts pourcentages (> 10 %) que je coince.
J'arrive donc au sommet pour la 3ème fois aujourd'hui même si cette dernière ascension m'a pris beaucoup plus de temps que prévu et surtout m'a fait bien plus souffrir que ce que je ne croyais.
La partie n'est pas encore gagnée puisqu'il me reste encore plus de 70 km mais les 2/3 sont en descente et il n'y a plus que 2km à plus de 8%.


Prêt pour une 3ème ascension qui va se révéler plus pénible que prévu

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses


Dernière édition par Bernard le Dim 10 Sep - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 22:37

N°4 Sault

Arrivé pour la 3ème fois au sommet, alors qu'il ne me reste plus qu'une seule ascension, je me sens bien moins fringant que 2 ans plus tôt quand j'ai fait mon Cinglé. J'étais alors convaincu que plus rien ne pouvait m'arriver, ici j'en suis moins sûr.
Rien à dire au sujet de la descente sur Sault. Arrivé au centre de la localité je me repose quelques instants en regardant les joueurs de pétanque qui s'affairent sur la place ombragée : je devrais peut-être changer de sport. Allons, il est temps de repartir. J'ai à peine fait 2 ou 3 km, mon épouse m'arrête : « Bernard, tu as oublié la photo à Sault! ». Ah zut alors. J'espère que les responsables de l'homologation ne m'en tiendront pas rigueur parce que là je n'ai pas le courage de faire demi-tour. Un panneau publicitaire pour les produits locaux devrait faire l'affaire pour la photo contrôle.
Jusqu'au Chalet Reynard la pente est relativement douce. Je n'hésite pourtant pas à mettre tout à gauche. L'objectif est de préserver le peu de force qu'il me reste. Je m'arrête au Chalet Reynard parce que l'obscurité commence à tomber et il est plus prudent de remettre mon éclairage en place.
Je ne vais pas écrire que je franchi sans peine les 6 derniers km d'ascension mais cela va néanmoins beaucoup mieux que tout à l'heure. Il y longtemps qu'il n'y a plus de cyclistes, juste quelques rares automobilistes dont ce couple de belge dont j'apprécie l'accent liégeois de la femme lorsque qu'elle baisse la vitre pour m'encourager dans les dernières centaines de mètres. J'ai envie de lui dire « merci Madame mais maintenant il ne peut plus rien m'arriver".
A 20h 45 je suis au sommet. C'est fois ça y est, c'est fait. Mais pas encore tout à fait : il faut encore descendre et à présent il commence à faire nuit. Heureusement j'ai de l'éclairage. Je demande cependant à mon épouse de ne pas passer devant : si je constate qu'il fait trop noir et que la descente est trop dangereuse, tans pis, je descendrai en voiture.
En réalité ça se passe bien. Je sais que le revêtement est bon et que je ne dois pas craindre les nids de poule. Avec mon éclairage je devine la ligne centrale pointillée et de surcroît quand la voiture me suis avec les feux de route, j'ai une visibilité sur la route tout à fait satisfaisante.
J'arrive à Malaucène vers 21h20. J'ai réussi et je n'en suis pas mécontent....
Il y a 15h et 7 minutes que j'ai enclenché Strava qui m'indique en outre que j'ai roulé durant 11h  42'.
J'avais déjà écrit ça après mon Cinglé mais il ne fait pas de doute que c'est là la sortie la plus dure que j'ai jamais réalisée

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses


Dernière édition par Bernard le Lun 11 Sep - 10:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Sam 9 Sep - 22:43


_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yannik

avatar

Nombre de messages : 87
Age : 44
Localisation : VILLERS LE BOUILLET
Date d'inscription : 08/10/2013

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Dim 10 Sep - 9:58

Je n'ai qu'un seul mot BRAVO Bernard toutes mes félicitations pour cet exploit incroyable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff

avatar

Nombre de messages : 522
Age : 48
Localisation : STREE
Date d'inscription : 10/03/2012

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Dim 10 Sep - 13:18

Respect Bernard. J'ai suivi ton récit hier et enfin aujourd'hui avec plaisir. Cela laisse rêveur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frédéric

avatar

Nombre de messages : 1227
Age : 61
Localisation : villers-le-bouillet
Date d'inscription : 25/07/2014

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Dim 10 Sep - 23:06

Récit digne d'un journaliste professionnel qui ne laisse rien au hasard!
Je suis sûr que ta femme Michèle a dû aussi un peu galérer☺

Heureusement que l'automobiliste imprudent s'est rabattu sinon nous aurions été de corvée pour une messe d'enterrement et une gerbe du club 😂😂😂

Comme quoi tu as encore une bonne tête puisqu' à ce stade, les jambes ne servent à plus rien !

Proficiat l'artiste et à quand ta prochaine folie ?

Il y a aussi les fêlés du grand Colombier......demande ce qu'en pense J.P et le président!

A +

Fred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JEAN-PIERRE

avatar

Nombre de messages : 732
Age : 66
Localisation : VILLERS LE BOUILLET
Date d'inscription : 28/05/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Lun 11 Sep - 9:43

Le colom ?quoi je ne me souviens pas 😝😈😈je vais me renseigner chez le President 😊
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1857
Localisation : Aineffe
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Galérien du Ventoux   Mar 19 Sep - 8:47

Et voilà, me voici donc officiellement "Galérien du Mont Ventoux", 612ème du nom.

_________________
Plutôt que de vous plaindre que les roses ont des épines, réjouissez-vous ques les épines aient des roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Galérien du Ventoux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Galérien du Ventoux
» [DAKAR 2014 Le galérien en quad]
» Ça n'gâche rien ... ou si peu !!
» la quatrelle a dany boon dans "rien a déclarer"
» Moyeu BWR = ascension du ventoux sans équipement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du club Cyclo Villers :: DIVERS-
Sauter vers: